Pages hebdo Environnement
 

Amar Adjili. Initiateur du projet Algérie éco-responsable

Nettoyer dérange. Pourquoi ?

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 07.07.17 | 12h00 Réagissez


- Vous êtes devenu un symbole de la lutte pour la préservation de l’environnement et la nature. Vos actions ne se comptent même plus aujourd’hui. Vous avez déclaré récemment que vous comptez nettoyer la grande forêt de Tizi Ouzou, Yakouren. Comment comptez-vous y parvenir ?

Il nous faut peut-être employer de gros moyens… Nous ne serons pas seuls. Les APC des alentours seront aussi avec nous aux côtés des citoyens de Yakouren et des nombreux bénévoles. L’événement a déjà été annoncé sur plusieurs radios, mais aussi sous forme d’affichages publics et dans les réseaux sociaux.

Nous espérons la participation d’un nombre important de personnes ce jour-là. Nous comptons aussi sur la présence de certains services publics, tels les pompiers. La forêt de Yakouren subit régulièrement une pollution énorme de déchets de toutes sortes, mais plus particulièrement de bouteilles de verre et de canettes.

Les goulots (bouteilles) blessent les singes, mais aussi les vaches qui ont leurs coins d’ombre sous les arbres. Il y a aussi énormément de gravats de chantiers le long de cette route et parfois sur les sentiers de randonneurs. Nous souhaitons rendre la vie à cette forêt. Et c’est la raison pour laquelle nous avons décidé d’alerter la population pour la préservation de la nature.

- Vous avez organisé plusieurs actions de ce genre. Vous vous êtes fait connaître grâce à cela d’ailleurs sur les réseaux sociaux. Comment l’idée de nettoyer partout où vous vous retrouvez vous est-elle venue à l’esprit ? Pouvez-vous nous raconter un peu votre expérience ?

La pollution prend des proportions inquiétantes et je fais de mon mieux pour que cela s’arrête. Nettoyer n’était pas qu’une idée, mais plutôt un devoir car j’aime la nature, qui aujourd’hui demande à être préservée. Seul, je ramasse parfois en une action jusqu’à une douzaine de sacs de 120 litres de déchets ménagers. Ces ordures, qui dégagent une forte odeur, devraient finir dans un incinérateur. Mais alors, comment se fait-il qu’il n’y en a pas en Algérie ?

Les forêts, les rivières, la mer et les montagnes du pays jusqu’au Sahara sont polluées. Les ports aussi. Les personnes qui profitent de tout ça doivent apprendre à déposer leurs déchets en ville et dans des poubelles et non ailleurs. Que font la gendarmerie et la police ? Pire, maintenant certains estivants mettent carrément leurs voitures à bronzer sur la plage ! La préservation de la nature est l’affaire de tous. C’est notre devoir à nous tous. Nous pouvons déjà commencer par une action majeure, celle d’interdire l’utilisation des emballages plastiques. Le reste viendra avec la volonté.

- Vous avez été agressé à plusieurs reprises au moment des opérations de nettoyage. Vous avez été énormément soutenu à travers les réseaux sociaux. Racontez-nous un peu ce qui vous est arrivé ?

Nettoyer dérange, mais qui ? Et pourquoi ? Les agresseurs ont toujours le même profil, c’est-à-dire des agents de sécurité. Aucun professionnalisme. Il est même difficile de leur expliquer quoi que ce soit. J’ai subi ce comportement à Tipasa et quand j’ai tenté de nettoyer l’intérieur de l’hôpital Mustapha Pacha pendant le dernier Ramadhan.

Ils ne saisissent rien du tout. Nettoyer est tout ce que je sais faire. Qu’on me laisse faire ce que j’aime, car de toute façon c’est pour le bien de tout le monde et de la nature que je fais ça.
 

Meziane Abane
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie