Pages hebdo Auto
 

Aude Brille. responsable de la stratégie de la marque Peugeot

«Pour l’Algérie, on a des réflexions sur la voiture valorisante»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 18.03.17 | 12h00 Réagissez


Quelle est la stratégie de Peugeot pour les années à venir ?

On a défini le corps modèle de stratégie. Le but, c’est d’avoir des véhicules qui puissent répondre à un certain nombre de besoins clients. A ce titre, on a une volonté au niveau du groupe de plus en plus à l’international. Il s’agit de faire des voitures qui répondent non pas uniquement aux besoins de notre marché domestique, mais à un marché plus vaste. Dans notre stratégie globale, on a des stratégies qui passent par les silhouettes, celles qui passent par les énergies…

On a une offensive au niveau du SUV, on a la 5e étape avec le lancement du 5008. C’est une offensive qui s’adresse à un marché international. Le but, c’est aussi d’avoir des voitures qui répondent, pour certaines d’entre elles, à des marchés spécifiques quand le besoin est très éloigné de celui d’autres régions, mais aussi d’avoir des voitures qui arrivent à couvrir les différents marchés.

Pour aller plus dans le détail, prendre en compte aussi les réflexions sur les énergies, sur les répercussions qu’on peut avoir sur les moteurs, sur les boîtes. Là aussi, on peut avoir des clés d’entrée à des propositions qui peuvent répondre aux différents marchés. C’est quelque chose qui repose sur la stratégie de la personnalisation.

Toute la réflexion sur les silhouettes passe par la clé d’entrée, pas uniquement en Europe. Quand on réfléchit à un plan produit, ce dernier est fait en nombre de modèles qui doivent répondre de manière généraliste à des volumes, il s’adresse à des marché niches, mais aussi à des marchés qui peuvent se retrouver aussi bien en Chine, en Amérique latine ou en Afrique.

Tout cela, c’est la clé d’entrée qu’on retient quand on va choisir de faire une silhouette. C’est de savoir où elle est présente, quel volume cela présente, et tout le reste. C’ est plus de la cuisine que de la stratégie. Et pour la région MENA, où figure l’Algérie, sur quel produit se basera votre stratégie ?

On a des réflexions sur le marché des Sedan et les berlines qui peuvent être des stratégies différentes que celles développées pour l’Europe de l’ Ouest. Il faut aussi réfléchir à la montée en gamme et définir peut-être aussi à ce que veut dire le haut de gamme, par exemple, en Algérie. Ce n’est pas forcément la même étude que le haut de gamme sur un marché autre que l’Algérie, ou dans les critères que l’on définit.

Oui, pour l’Algérie ça passe par une grosse réflexion sur les voitures qui sont valorisantes, tout en étant des voitures qui ne soient pas sur des segments réservés à des niches qui répondent à la volonté d’accessibilité, mais avec le traitement à la Peugeot qui donne accès à un certain nombre d’équipements. Quand on a lancé à l époque la 301, toute la réflexion qui avait été faite sur la 301, tout ce qui a été fait sur le renouveau de la 301 est plutôt réorienté, en prenant les données clients qui ne sont pas les données Europe.

 

Rabah Beldjenna
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie