Pages hebdo Auto
 

Automobile

L'assurance coûtera plus cher dès 2017

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 12.12.16 | 10h00 Réagissez

Elle était jusqu’ici inespérée, la hausse du tarif lié à la garantie obligatoire «responsabilité civile» (RC) en matière d’assurance automobile vient d’être notifiée aux assureurs par le directeur général du Trésor.

Dans cette correspondance, dont El Watan détient une copie, il est précisé que la hausse du prix lié à la partie RC, dont la tarification est administrée par l’Etat, sera de 20%, étalée sur les deux années 2017-2018 à raison de 10% par an. Sur chacun des deux exercices 2017 et 2018, l’application de ladite augmentation sera échelonnée sur deux semestres, à raison de 5% sur chaque semestre, lit-on dans la missive du directeur général du Trésor. La dernière révision du tarif lié à la garantie obligatoire en matière d’assurance automobile remonte déjà à 2008. Sans l’ombre d’un doute, ce dernier réajustement, notifié le 11 décembre aux assureurs de la place, est lié à une hausse effrénée de la sinistralité, laquelle a nécessité une hausse de la valeur des engagements des assureurs, à l’heure où les profits fondaient comme neige au soleil.

Qu’elle soit lente ou rapide, cette hausse du tarif lié à la responsabilité civile est loin de faire l’affaire des assureurs, selon certains d’entre eux, tant elle représente environ 5% d'un contrat tous risques, soit l’équivalent de 1500 DA par contrat. Bien qu’elle soit défendue à cor et à cri par les assureurs de la place, la hausse du tarif de la garantie obligatoire, fixé par l’Etat, est une fausse bonne nouvelle, commente un assureur, tant elle ne règle aucunement les problèmes de fond qui grèvent la trésorerie des compagnies, dont la question du dumping et des sous-provisions. Pour avoir acquiescé à une partie des desiderata formulés par les assureurs, la direction générale du Trésor les enjoint d'«accompagner ce réajustement par une campagne d’information à l’adresse des assurés» et par une «plus grande diligence dans la gestion et le règlement des dossiers d’indemnisation», lit-on dans la correspondance adressée aux compagnies d’assurances. Si pour ces dernières, le prix lié à la RC reste faible en dépit dudit réajustement, il tient bien sûr à la politique tarifaire menée par l’Etat, laquelle tient compte de plusieurs paramètres, dont certains remontent à l’ère du monopole étatique.

Ali Titouche
 
 
Votre réaction
 
El watan a décidé de suspendre provisoirement l’espace réservé aux réactions des lecteurs, en raison de la multiplication de commentaires extrémistes, racistes et insultants.
Du même auteur
Lutte contre l’informel : L’Exécutif slalome au gré des circonstances
Assurances : AXA Algérie a un nouveau patron
Ferhat Aït Ali. Analyste financier : «40% de notre fiscalité ordinaire est prélevée aux ports et aux frontières»
Informel, fraude et évasion fiscale : Baba Ammi veut affermir le pouvoir du fisc
Risques pays 2017 : La Coface note l’Algérie
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

El Watan Etudiant

Indépendance Algérie

 

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie