Pages hebdo Auto
 

Essai BMW : Au volant d’une Série 5 sur les routes des Alpes

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 23.05.17 | 12h00 Réagissez

Avant de prendre le volant de notre BMW Série 5 (G30), les experts du constructeur bavarois nous ont conviés une matinée entière à des exercices, histoire de nous faire imprégner un peu de ses nouveaux équipements technologiques.

Et le moins que l’on puisse dire c’est que BMW a mis la barre très haut en termes de nouveaux équipements technologiques pour rivaliser avec les concurrentes de la sa berline, telles que la Mercedes Class E et l’Audi A 6. 16 mai 2017. Il est 14 heures 20 mn. Temps ensoleillé. Un moment idéal pour faire sortir la Série 5 hors…circuit. Direction Italie, en passant par l’Autriche et les Alpes Carniques pour essayer la Série 5, qui fait le bonheur de ceux qui font la route et qui aiment le confort et la technologie. Mais retardant un peu sur sa présentation.

Cette nouvelle Série 5 est longue de 4,9 mètres, et affiche, selon les variantes un coefficient de pénétration dans l’air (cx) de 0,22 occupant ainsi la première place de sa catégorie. Son intérieur est très flatteur. BMW nous propose le top du top avec des finitions de rigueur. Je suis frappé par la qualité des matériaux qui y sont appliqués. Au rendez-vous, cuivre, aluminium, plastique moussé, matériaux nobles, et une ergonomie irréprochable.

La console centrale regroupe tous les raccourcis permettant d’accéder facilement aux fonctionnalités du véhicule. Confortable et luxueuse à l’avant comme à l’arrière, notre Série est là pour encaisser des kilomètres sans ressentir la moindre fatigue. En clair, on s’y sent bien à l’intérieur. En termes de technologies au service de notre sécurité, la Série 5 propose un soutien maximal au conducteur non seulement en cas de danger, mais aussi dans les situations peu exigeantes, telles que les bouchons et les tronçons d’autoroutes monotones.

Elle propose un système de régulation de vitesse, de l’assistant de l’évitement, l’alerte à la circulation transversale, l’assistant de changement de file et l’assistant de centrage dans la voie et la protection active contre les chocs latéraux. Grâce aux multiples capteurs et caméras qui surveillent l’environnement du véhicule, la Série 5 s’oriente vers une conduite quasi automatisée, cela même si le conducteur reste le seul maitre à bord.

Avec l’iDrive dernière génération, le conducteur peut profiter de l’ensemble de l’info divertissement sur un écran tactile HD de 10, 25 pouces. Le conducteur peut commander le système selon ses préférences à l’aide du controller iDrive, par voie vocale, par gestes ou en touchant les boutons sur l’écran La navigation se fait également par commande gestuelle. L’affichage tête-haute s’optimise et projette avec une belle qualité les infos nécessaires sur le pare-brise.

La Série 5 séduit aussi par son application bmw Connected. Même à distance, je peux donc toujours garder un œil sur ma voiture avec une visualisation 3d de l’environnement au moment où je peux surfer sur les informations utiles du véhicule sur mon téléphone. Autre chose à retenir de la Série 5, le système Park Assist, qui permet de garer automatiquement le véhicule. Pour notre départ de Munich vers l’Italie en passant par l’Autriche sur une distance de plus 300 kilomètres, BMW nous propose à l’essai la Série 520 d de 190 chevaux.
A bord, un silence cathédral règne à la fermeture des portes.

Je n’ai jamais pris le volant d’une BMW malgré mes quelques années d’essais dans l’automobile, mais je veux vraiment me faire plaisir de conduire. Surtout au volant d’une septième génération de BMW. Rien ne sert d’accélérer…. Dès les premiers tours de roues, avec ses 190 chevaux et ses 400 nm de couple, notre version d’essai offre de belles prestations. En s’allégeant d’une centaine de kilogrammes et en augmentant encore la résistance de sa caisse à la torsion, notre bagnole se montre très agile sur notre parcours avec la transmission intégrale X Drive.

Elle procure un vrai plaisir de conduite, et une direction précise. Très dynamique, son comportement routier est tout simplement étonnant. Et cerise sur le gâteau, si sa panoplie d’équipements d’aide à la conduite de notre Série 5 nous ont beaucoup facilité la vie à bord, leur usage nous ont également permis de profiter des beaux paysages sur notre route vers l’Italie.

Concrètement, la nouvelle BMW Série 5 séduit. Les finitions et les matériaux qui lui sont embarqués sont à la hauteur d’une berline premium. Outre ses offres technologiques très sophistiquées, son comportement routier de notre Série 5 est inégalable. Surtout au volant de la version essence, la 530i de 252 chevaux qui nous a été choisie au retour d’Italie.      

Rabah Beldjenna
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie