Pages hebdo Arts et lettres
 

Fronton

Le Maghreb des cultures

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 15.04.17 | 12h00 Réagissez


Vendredi dernier, notre confrère Mohamed Kali téléphonait pour annoncer le décès de la femme de théâtre tunisienne, Racha Ben Ammar, et réserver un espace. Mais il en va de la mort comme du bouclage d’un journal. Aucun des deux ne peut attendre. Les Anglo-Saxons disent d’ailleurs «deadline» (ligne morte) pour désigner le moment fatidique où il faut remettre le travail.

On se rattrape dans ce numéro (page 16) où notre collègue peut enfin faire partager son émotion et son intérêt pour la grande artiste. Ci-contre, Walid Bouchakour, guitariste de talent dans une vie parallèle, s’est penché sur les instruments de musique et, dans l’inventaire  présenté, il ressort combien ils sont souvent communs aux pays de la région avec une profondeur africaine établie.
Ces articles ont réveillé en moi quelques pensées sur le Maghreb. Il m’est revenu, par exemple, le souvenir d’un passage à Casablanca durant nos années noires. Un ami m’avait demandé de lui acheter des cassettes d’Abdelhadi Belkhayat. Dans le premier magasin où j’entrais, il n’y en avait pas.

Dans le second non plus. Dans le troisième, il fallait repasser. Etc. Mais partout s’étalait du raï algérien, en vitrine et dans les bacs. Les vendeurs, sachant d’où je venais, s’étonnaient de mon étonnement. En rentrant, je racontais cela à un autre ami qui m’indiqua une boutique d’Alger où se trouvait quasiment l’intégrale du chanteur marocain ! Me sont revenues les deux premières cartes postales éditées à l’indépendance par les éditions «Jomone» : le drapeau algérien dans l’une et les trois du Maghreb central dans l’autre. C’était alors une évidence, le grand ensemble se construirait. Mohamed Ben Cheneb m’est revenu avec son fantastique recueil de mille Proverbes d’Algérie et du Maghreb (1905) qui montrait comment la sagesse populaire dépassait les frontières. Il m’est revenu encore le rêve assassiné d’une fédération des pays maghrébins formulée par Mehdi Ben Barka.

Bien sûr, chacun pays présente des spécificités, mais dans toutes les disciplines, répertoires et expressions, les points communs et les échanges sont nombreux et profonds. A l’évidence, le Maghreb constitue un continuum culturel indivisible et remarquable. C’est donc pitié que de constater l’impasse dans laquelle se trouve le beau projet. Mais si les méandres de l’histoire, les intérêts géostratégiques et les divergences diplomatiques nous ont amenés là, il est vital de préserver le socle commun de nos patrimoines et cultures. On a parlé un moment de «Maghreb des Etats» puis de «Maghreb des peuples». Il appartient aujourd’hui aux artistes, écrivains et penseurs de promouvoir le «Maghreb des cultures» comme une chance d’avenir, dont des hommes, comme Ibn Khaldoun, pour dire le recul, nous ont montré la voie il y a plus de dix siècles. Ceci si nous ne voulons pas que le Maghreb devienne à jamais un Couchant symbolique.

Ameziane Ferhani
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...