Edito
 

Royale excitation

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 04.04.18 | 12h00 Réagissez


A chaque mois d’avril, une terrible excitation s’empare des autorités marocaines. Elles se mettent à déblatérer, à diffuser des «fake news» pour tenter de salir soit le Front Polisario, soit l’Algérie. Les exemples en ce sens foisonnent. La semaine passée, l’ambassadeur des Etats-Unis à Alger, John Desrocher, s’est rendu à Tindouf pour s’enquérir de la situation des réfugiés sahraouis et pour annoncer en même temps le déblocage d’une aide américaine de 8,5 millions de dollars pour ces mêmes réfugiés. Il n’en fallait pas plus à Rabat pour se lancer dans une campagne de désinformation, prétendant que cette visite a été passée sous silence par la presse algérienne et qu’elle a gêné Alger,  mais sans dire en quoi.

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourata, a rebeloté lundi en annonçant que le Front Polisario va créer un «Etat de facto» à Bir Lahlou.

Encore une tentative de diversion ridicule, sachant que la RASD a été proclamée dans cette même localité en 1976 et qui est justement la zone contrôlée par les Sahraouis. Mais la manœuvre la plus grossière a été relevée par les Nations unies qui d’habitude accueillent avec mépris les mensonges de Rabat. Le représentant du Maroc à l’ONU a affirmé que l’armée sahraouie a violé le cessez-le-feu en se déployant sur la zone de Guerguerat, une zone démilitarisée située à proximité de la frontière mauritanienne.

Avant même le Front Polisario, le porte-parole de l’organisation internationale à New York, Stephane Dujarric, a opposé un démenti formel en soulignant que la Minurso (Mission des Nations unies pour l’organisation du référendum au Sahara occidental) n’a enregistré aucune violation du cessez-le-feu dans la zone en question. Ce qui dénote de la fébrilité du palais royal en cette période de l’année.

C’est le mois d’avril que se réunit le Conseil de sécurité de l’ONU pour décider du renouvellement du mandat de la Minurso. A chaque fois que cette échéance approche, le Maroc se livre à une campagne de désinformation dans l’espoir d’influer sur les décisions des membres du Conseil. Il n’a jamais atteint son objectif, mais revient toujours à la charge sans craindre le ridicule et le désaveu. Il a horreur que la communauté internationale lui parle du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui et des négociations directes avec le Front Polisario

. Depuis que les forces armées royales ont envahi le Sahara occidental en novembre 1975, profitant d’une Espagne déstabilisée par la maladie et la mort du général Franco, il n’a essuyé que des échecs diplomatiques. Les derniers en date ont eu pour cadre l’Union européenne où, pourtant, il a des appuis, notamment celui de la France sans laquelle la paix et la stabilité auraient été rétablies dans le nord-ouest de l’Afrique. La Cour européenne de justice vient de décider l’illégalité de la pêche dans les eaux territoriales sahraouies et le commerce des produits du Sahara occidental, notamment le phosphate.
En intégrant l’Union africaine, Rabat a cru pouvoir infléchir la position de l’Afrique, fondée sur le principe sacré du respect des frontières héritées à l’indépendance. «L’Afrique n’est pas à vendre», avaient répondu les dirigeants africains, lorsque les monarchie arabes ont voulu faire du chantage pour soutenir le Maroc au sommet raté UA-Ligue arabe tenu en Guinée équatoriale.

Tayeb Belghiche
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...