Edito
 

Historique !

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 28.04.18 | 12h00 Réagissez


Si tu veux la paix, prépare la guerre.» Le président nord-coréen, Kim Jong-un, a fait de ce proverbe latin sa principale source d’inspiration. Dès son accession au pouvoir en 2011, il a engagé son pays dans un programme nucléaire spectaculaire et dans la fabrication de missiles balistiques intercontinentaux. Pari réussi : la Corée du Nord est une puissance nucléaire et possède son missile ICBM, capable d’atteindre le territoire des Etats-Unis.

Elle peut désormais passer à un autre chose : le développement économique, perturbé par la course aux armements, d’autant que le pays est pauvre.
Pyongyang a alors jugé que le moment est arrivé de reprendre langue avec ses frères ennemis du Sud. Avec une rapidité extraordinaire, le

rapprochement entre les deux Corées s’est imposé, provoquant un ouf de soulagement dans la péninsule. Le résultat est là, aussi historique qu'inattendu : les deux présidents coréens se sont rencontrés sur la ligne de démarcation séparant les deux pays.

Dès le début de la rencontre, le jeune leader a donné le la : «Je suis ici déterminé à donner le signal de départ, au seuil d’une histoire nouvelle» et pour effacer un «passé malheureux».

La conclusion du sommet répond aux attentes. Les deux chefs d’Etat se sont mis d’accord sur la dénucléarisation de la péninsule, une avancée inespérée. Mais beaucoup reste à faire.

Plusieurs facteurs ont permis une telle évolution. D’abord la personnalité du jeune Kim Jong-un qui a fait preuve de grandes capacités manœuvrières et a osé affronter la grande Amérique, au point que le monde a cru un instant à une possible catastrophe nucléaire, surtout que le président nord-coréen et Donald Trump se menaçaient mutuellement de l’apocalypse et s’échangeaient, sans retenue, des insultes personnelles.

Le locataire de la Maison-Blanche a réussi à mettre la Corée du Nord sous embargo quasi total, embargo respecté même par la Chine, pourtant l’allié le plus proche de Pyongyang.
La personnalité du nouveau président sud-coréen, Moon Jae-in, a eu une influence déterminante dans le développement de la situation. Homme de gauche, il a joué la politique de la main tendue en direction du frère du Nord, développant un discours pacifiste qui a séduit les Nord-Coréens.

Les deux présidents entreront dans l’histoire et seront peut-être éligibles au Prix Nobel de la paix si la dynamique enclenchée se poursuivait.

Le sommet prévu entre Trump et Kim Jong-un dans un proche avenir sera déterminant.
Il pourrait couronner un processus inimaginable il y a de cela une année. Et, pour la première fois, le président américain pourrait montrer une face jusque-là inconnue de sa personnalité.

Tayeb Belghiche
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...