A la une Economie
 

Analyse de Bloomberg New Energy Finance

Véhicules électriques, la nouvelle menace pour l’Opep

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 16.07.17 | 12h00 Réagissez

Alors que les pays consommateurs tentent de trouver des alternatives aux hydrocarbures, notamment en produisant des gammes de véhicules roulant à l’énergie propre et moins coûteuse, les pays exportateurs de pétrole, eux, se rendent compte qu’une telle tendance risque de devenir une réelle menace pour leurs ventes.

Selon une étude de Bloomberg New Energy Finance, le risque est bien réel, car la demande sur les voitures électriques est en constante croissance. «Les grands producteurs de pétrole commencent à prendre les véhicules électriques au sérieux en tant que menace à long terme», indique l’agence spécialisée en prédisant que l’effet de la commercialisation des véhicules propres réduira la demande de pétrole de 8 millions de barils d’ici 2040, soit plus que les productions iranienne et irakienne combinées. «La popularité croissante des EV (electric vehicles) augmente le risque que la demande de pétrole stagne dans les décennies à venir, mettant ainsi en doute le devenir des 700 milliards de dollars par an entrant dans les industries des combustibles fossiles», indique BNEF. La même étude estime que «le nombre d’EV sur la route aura des implications majeures à la fois sur les constructeurs automobiles, les compagnies pétrolières, les compagnies d’électricité et autres». BNEF prédit aussi que le nombre des véhicules électriques dépasse les modèles de voitures à essence et diesel d’ici 2040, et le nombre de véhicules hybrides enfichables atteindra 530 millions, soit le tiers du nombre total mondial de voitures.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a relevé, quant à elle, sa prévision du nombre de véhicules électriques d’ici 2040 à 266 millions d’unités contre une précédente prévision de 46 millions d’unités. L’Opep s’attend aussi à une baisse de moitié du nombre de véhicules roulant au diesel. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a elle aussi doublé ses attentes sur l’utilisation des véhicules électriques. L’AIE estime la taille de la flotte de 2030 à 58 millions d’unités, contre 23 millions dans une première estimation. Exxon Mobil envisage aussi une hausse de l’utilisation des véhicules électriques pour atteindre les 100 millions d’unités contre 65 millions, alors que BP prévoit un boom de 100 millions de véhicules dès 2035. La compagnie Statoil ASA estime pour sa part que les EV représenteront 30% des nouvelles ventes d’ici 2030. «De nombreux analystes affirment de plus en plus que le marché se développera rapidement, car presque tous les constructeurs automobiles mettent sur le marché des dizaines de nouveaux modèles EV», précise l’agence Bloomberg. L’Opep a d’ailleurs averti dans son rapport sur le marché du pétrole, rendu public mercredi dernier, que les ventes de véhicules électriques dans certaines régions d’Asie pourraient amortir la demande en pétrole dès 2018. Les constructeurs automobiles envisagent un plan combiné pour vendre 6 millions d’EV par an d’ici 2025, et 8 millions en 2030, indique Blommberg New Energy Finance. Le tout électrique est aussi envisageable pour certains d’entre eux, comme Volvo qui table sur un moteur électrique dans chaque voiture d’ici 2019.
 

Nadjia Bouaricha
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie