A la une Culture
 

Paléontologie : Et si l’ancêtre de l’homme était bulgare ?

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 17.06.17 | 12h00 Réagissez

Imaginez une plaine aux allures de savane, à la végétation rase, parcourue de girafes. C’était la Bulgarie d’il y a sept millions d’années, et c’est là, et non en Afrique, que des scientifiques recherchent aujourd’hui les traces d’un des plus vieux ancêtres de l’homme.

Hormis le soleil qui frappe fort en ce début de juin, il n’y a plus grand-chose de commun entre Roupkite, petit village du sud de la Bulgarie, noyé parmi les champs de maïs, et les paysages d’Afrique. Mais selon les chercheurs, la similitude était frappante il y a 7,2 millions d’années, lorsque gazelles, girafes et antilopes étaient des espèces courantes dans un sud-est de l’Europe gagné par l’influence saharienne à la faveur de bouleversements climatiques violents.

La petite équipe de scientifiques qui fouille le lit d’une rivière disparue, dégageant d’innombrables fossiles préhistoriques, à l’écart du village bulgare, le sait mieux que quiconque. L’objet de la quête est précis : trouver de nouvelles traces du Grécopithèque, qui, selon eux, pourrait être le plus ancien préhumain connu. Plus vieux encore que Toumaï, découvert en 2001 en Afrique et considéré comme le tenant du titre.

La question de l’origine de l’homme et de l’époque de la séparation avec la lignée cousine des chimpanzés est des plus débattues en paléoanthropologie. La plupart des scientifiques estiment que les premiers préhumains sont apparus en Afrique il y a cinq à sept millions d’années. Mais de nouvelles analyses publiées fin mai dans la revue américaine PLOS One et portant sur deux fossiles d’hominidés découverts, l’un à Roupkite, l’autre en Grèce, sèment le trouble en laissant penser que la géographie et le calendrier pourraient être bousculés.

«On croyait jusqu’à présent que Toumaï, le Sahelanthropus du Tchad, était le premier hominide (famille des ancêtres directs de l’homme actuel, ndlr). Nous pensons maintenant que le Graecopithecus identifié en Grèce et en Bulgarie l’a précédé, les deux fragments retrouvés dans ces pays étant plus vieux de centaines de milliers d’années», explique Nikolaï Spassov, professeur au Musée national bulgare d’histoire naturelle et responsable des fouilles à Roupkite.
 

 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie