Chroniques Point Zéro
 

Le trou

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 25.01.18 | 12h00 Réagissez

C’est Hamid Temmar, brillant expert, qui vient de le rappeler, les entreprises publiques sont un gouffre financier.

On ne peut les fermer parce qu’elles ont des salariés et on doit leur injecter des sommes faramineuses car elles ne produisent rien. Quelques chiffres, 1395 milliards de dinars leur ont été donnés entre 1995 et 1998, puis 307 milliards de dinars en 2008. En 2012, elles sont toujours insolvables, 2400 milliards sont déboursés par le Trésor pour assainir leur situation financière, puis 600 milliards pour qu’elles puissent investir. Leurs dirigeants ayant préféré investir dans des villas pour leurs enfants, c’est ainsi qu’à la fin 2013, le résultat est le même, l’endettement des EPE reste autour de 1200 milliards de dinars. Ce n’est pas fini, en 2014, Bouchouareb, autre expert, accorde 150 milliards de dinars à El Hadjar, pas de sa poche évidemment, pour rien puisque l’usine d’acier ne produit aujourd’hui que du papier, et en 2018, en l’absence de chiffres, on peut estimer que sauf à donner ces entreprises aux Suédois, il faut encore leur injecter près de 1000 milliards. Que faire ? Rien, Hamid Temmar n’est évidemment pas coupable, tout comme les ministres de l’Economie à qui il a succédé et ceux qui lui ont succédé, c’est la faute au Maroc, au colonialisme, à la main étrangère, au diable ou aux femmes, rayez les mentions inutiles.

D’ailleurs, Temmar a tranquillement quitté le ministère de l’Economie et a rédigé un ouvrage en trois tomes, L’Economie algérienne, dont il fait régulièrement la publicité. A défaut donc d’économistes sérieux, l’Algérie a eu des écrivains et on peut s’attendre au livre de Bouchouareb, Comment conduire une voiture qui n’a pas encore de volant, ou celui d’Ouyahia, plus technique et à paraître aux Editions Tahkout Acheter une imprimante laser ou à jet d’encre ? On peut même envisager en 2020 les mémoires du président Bouteflika, J’ai mangé 1000 milliards de dollars et j’ai encore faim. Avec un dessin de couverture fait par son frère.

Chawki Amari
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...