Chroniques Point Zéro
 

Le début des temps

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 25.04.18 | 12h00 Réagissez


Des imams dans les stades pour gérer la violence des supporters, et l’idée du cheikh Ali Aya, imam de la Grande Mosquée d’Alger, intervenant sur la chaîne Ennahar, d’envoyer des imams dans les bars du pays pour prêcher la bonne parole. Imams médecins, imams météorologues ou imams banquiers, on avait déjà utilisé les vénérables chouyoukh pour arrêter les grèves ou valider un quatrième mandat, pour déclarer illicite l’opposition et illégal aux yeux de Dieu de manifester, même pacifiquement. Jusqu’à dernièrement où le cheikh Snitra (c’est son vrai nom) est venu expliquer que boycotter les voitures algériennes est illicite car «si elles sont trop chères c’est à cause de nos péchés...». Invités partout pour fournir de l’explicatif, les imams débarquent pour gérer les phénomènes et en valider les solutions, leaders d’opinion et analystes en chef prenant la place des experts formés pour le domaine dans le dangereux jeu de rôles d’une lente dérive du champ des prérogatives par démission des élites de la raison.

S’il faut mettre au crédit du président Bouteflika l’exploit d’avoir réduit l’islam politique, il aura en contrepartie délégué aux imams la gestion de la société, faisant de la population une masse de superstitieux qui comprend les séismes par les cuisses dénudées des femmes au lieu de la tectonique des plaques et analyse les fluctuations du marché par un manquement oscillatoire aux préceptes saints. Quelle sera la suite ? Vote à la mosquée pour 2019, prières collectives pour le pétrole, dictature du bien pour créer de la croissance et suppression des universités pour un retour à l’ardoise version androïd ? Dans tous les cas, on est déjà dans la déréalisation ; il y a quelques jours, un cheval a été offert par des citoyens avides d’un cinquième mandat à la photo du président. Pas au président, à sa photo, déployée en poster muet et immobile pour l’occasion, afin de remercier ce dernier (le président et sa photo) d’exister. Pour l’instant, le cheval n’a pas encore fait de déclaration.

Chawki Amari
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...