Chroniques Point Zéro
 

Le billet qui a peur

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 27.09.17 | 12h00 Réagissez


Un euro à 200 DA tout ronds et le projet d'imprimer un nouveau billet de 1000 DA tout neuf, ce sont les dernières nouvelles du front monétaire. Ce sympathique billet de 1000 DA tout rouge qui a vu beaucoup de gouverneurs de la Banque centrale le signer, en bas à gauche, par Keramane, condamné à 20 ans de prison mais dont les billets circulent toujours, par Laksaci et par l'actuel gouverneur de la Banque centrale, Loukal. C'est d'ailleurs ce dernier, pour expliquer la tendance, qui vient de qualifier de «prématurée» l'ouverture de bureaux de change. Pourquoi ? Parce que pour un bureaucrate, tout est toujours trop tôt et le temps est un concept occidental. Cela dit, en l'état actuel des choses, il semble inutile d'ouvrir un bureau de change pour la simple raison que personne n'a vu d'avantage à acheter des devises au marché parallèle (à 200) pour les revendre au taux officiel (à 130), comme si on achetait un kilo de pommes de terre à 60 DA pour le revendre à 30. Cette logique anti-économique rejoint cette facilité pour les responsables de parler de «prématuré». Comme était prématurée l'ouverture du champ des libertés dans les années 1970, prématuré d'instaurer le multipartisme dans les années 1980, prématuré de combattre la corruption dans les années 1990 et l'impunité dans les années 2000, ou prématuré encore aujourd'hui de mettre en place une véritable indépendance de la justice ou une économie démocratique. Comme disait un autre ancien gouverneur, Hadj Nacer, la Banque centrale n'émet pas que de la monnaie, mais surtout de la confiance. Le dinar ne sera fort que lorsque les gens auront confiance en lui, et il faut bien avouer que l'équipe dirigeante actuelle, qui est la même que celle d'il y a 20 ans, voire 40, inspire autre chose que de la confiance. De l'inquiétude, de la crainte, de la colère ou du mépris pour certains, de l'amusement ou du désespoir pour d'autres. C'est à ces responsables que le dinar national va être confié. Même lui a très peur pour sa vie.

Chawki Amari
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...