Chroniques Point Zéro
 

Khamsès 5 et la terre du grand soleil troué (17)

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 11.06.18 | 12h00 Réagissez


Dans son refuge-exil du désert de la zaouïa Zfitiya, l'ex-Pharaon Khamsès, renommé Hadj Stanley pour un retour à l'humilité de l'anonymat, n'en ruminait pas moins sa revanche sur ce sort injuste qui lui avait fait quitter le trône.

Assis sous un bel acacia, il était occupé à le taillader lentement et lui arracher les feuilles quand le destin vint sonner à sa porte. Moulay Tchipa, le Marabout de la sagesse et de la largesse d'esprit, vint le voir pour lui annoncer qu'un messager venu des contreforts du Djoudj demandait à le voir. Le regard méfiant et l'œil sombre, Hadj Stanley replia ses jambes et prit un air triste pour faire croire qu'il était malade, puis indiqua au Moulay que le messager pouvait venir. Celui-ci arriva, le dos un peu courbé avec une grande fatigue dessinée sur le visage :

- Bien le bonjour du jour, Seigneur. Je viens de la capitale pour vous demander où avez-vous caché la clé du coffre, nous n'avons plus d'argent et le peuple a faim.
Etait-ce un piège ? Khamsès, élevé dans la paranoïa et l'absence totale de confiance, réfléchit, détailla ce misérable messager et lui expliqua :
- La clé c'est moi.

Le messager tenta de comprendre ce message codé puis demanda encore :

- Nous devons ouvrir le coffre en se servant de votre corps comme clé ?
D'un geste généreux de fausse compassion, Khamsès lui répondit :
- Vas-y, j'arrive. Je ne peux pas laisser mon peuple mourir.

Le messager partit un peu déçu. Hadj Stanley se rasa, se brossa les dents, se coupa quelques poils qui lui sortaient de l'oreille, remit en place les rares cheveux qui lui restaient, puis enfila sa veste en marbre. Une gorgée de lait de chamelle et quelques dattes plus tard, il était déjà sur le chemin de la capitale. Moulay Tchipa le regarda s'éloigner dans la poussière, rassuré de ne plus le voir mais très inquiet pour l'avenir de cette grande terre du soleil troué. Car Hadj Stanley ne lui avait rien laissé pour la généreuse hospitalité accordée et tout son cheptel ovin décimé par les méchouis incessants. Moulay se dit qu'à un moment, il devrait lui envoyer une facture.             … A suivre

Chawki Amari
 
Loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco
Loading...
Vidéo

vidéos

vidéos

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie