Chroniques Point Zéro
 

Enfin, une solution qui vient d’en haut

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 13.04.17 | 12h00 Réagissez


Un discret murmure d’espoir a parcouru les Hauts-Plateaux du pays, où l'on a enfin trouvé une façon de pendre le Premier ministre. A Djelfa où il était en tournée mondiale, le Premier ministre a, entre autres, abordé la cruelle question du cancer, qui concerne 50 000 cas par an, s’additionnant au demi-million de personnes déjà atteintes et en attente de traitement. Avec sa légèreté habituelle face aux lourds problèmes, il a lâché cette phrase : «L’Etat a pris la décision d’importer les médicaments pour traiter les malades gratuitement.

Cela vous ne le retrouvez pas dans d’autres pays. Si vous le trouvez, vous pouvez me prendre et me pendre demain ici à Djelfa.» On pourrait lister au Premier ministre les pays qui soignent gratuitement le cancer mais ce serait trop long, citons juste l’Europe (elle importe aussi des médicaments, qu’elle ne fabrique pas tous), la Scandinavie, Cuba, le Canada, la Chine ou plus près de nous la Libye, la Syrie, l’Iran ou l’Arabie Saoudite. Logiquement, on devrait donc pendre le Premier ministre avant le week-end, lui qui s’est aventuré dans un domaine qu’il ne maîtrise pas, projetant probablement au premier malaise d’aller se soigner en France comme tout le monde, avec l’argent du contribuable algérien.

On pourrait aussi s’interroger sur l’inconscience du discoureur et l’absence de lucidité de l’auditeur, deux facettes de la même médaille de l’oubli, même s’il ne sert à rien d’enfoncer encore la logique du gouvernant comme celle qui a fait arrêter les importations de voitures afin de lancer des usines sur place, pour finir ensuite par bloquer les nouveaux projets locaux, Nissan Suzuki ou Kia, ajournés par le gouvernement.

On pourrait juste leur rappeler que le pays paye régulièrement leurs erreurs en ramassant à la pelle les méfaits et déviations de leurs stratégies. On pourrait même rire de cette nouvelle blague de Sellal si le cancer n’était pas aussi tragique, deuxième cause de mortalité en Algérie. Allah idjib echfa. En haut et en bas.
 

Chawki Amari
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...