Chroniques Point Zéro
 

Dunning et Kruger, les deux mains de l’étranger enfin capturées

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 11.01.17 | 10h00 Réagissez


Sellal a promis, Bouteflika a signé, Ouyahia a rigolé et Bedoui a juré. Mais c’est dans la constellation du Cheval, près de l’étoile A30045X, que l’origine de la crise économique, sociale et politique algérienne a été trouvée. D’après les astrophysiciens du gouvernement appuyés par les experts en exoplanètes du FCE, c’est cette région mal connue de l’univers qui a déclenché les problèmes en Algérie, un pays qui vivait heureux, abrité dans un bunker de rentes et de certitudes. Sauf que cette idée de la crise qui vient d’ailleurs et que ce sont les mêmes personnes qui ont noyé la nation qui vont la sauver ne vient pas non plus de nulle part. Elle s’appelle l’effet Dunning-Kruger, désignant un mécanisme déviant de la pensée qui dit que ce sont les moins qualifiés qui gèrent l’ensemble par surestimation de leurs compétences.

En gros, l’intelligence étant jugée par sa propre intelligence, chaque être humain s’estime suffisamment intelligent pour continuer à gouverner. Dunning et Kruger, deux étrangers, qui auraient été démasqués par le ministère de l’Intérieur, du Logement et de l’Amour, ont même énoncé quelques vérités nous concernant : la personne incompétente tend à surestimer son niveau de compétence, tout comme elle ne parvient pas à reconnaître la compétence de ceux qui la possèdent. Avec ce ressort inverse, les personnes qualifiées sous-estiment leur niveau de compétence et pensent à tort que des tâches faciles pour elles le sont aussi pour les autres. Ce qui expliquerait que quand on demande à un(e) Algérien(ne) «qui voit-il au pouvoir», la réponse est souvent «le pouvoir», c’est-à-dire ceux qui sont déjà au pouvoir, sous-entendant que d’autres pourraient faire pire. Darwin, dont les parents chimpanzés lui auraient confié qu’il était le meilleur parmi les singes, l’avait souligné il y a un siècle : «L’ignorance engendre la confiance en soi plus que ne le fait la connaissance.» Si on votait avec la tête, on aurait moins mal au ventre. Mais l’inverse n’est pas vrai.

Chawki Amari
 
Du même auteur
Savoir compter en containers
Gravity, de zéro G à la 4G
Les pores de l'import
Journal d'un frère (5)
Journal d'un frère (4)
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie