Chroniques Point Zéro
 

Crtyptocratie

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 07.11.17 | 12h00 Réagissez


Dans un quotidien connu qui émet d'Oran, le lecteur averti n'aura pas raté ce «haut responsable» invité à analyser la situation actuelle. Un haut responsable évidemment non identifié mais qui répond aux questions que tout le monde se pose, à part bien sûr celle relative à son identité. Le lecteur doublement averti se sera demandé mais qui est-il pour nous expliquer que «l'Algérie est ciblée parce qu'on veut lui faire payer sa stabilité et ses positions politiques», tout comme elle est «entre les mains d'une bande de pillards… un pouvoir de l'ombre qui a verrouillé ce système pourri sur des bases ethniques, régionalistes et claniques» ?

Tout en avouant que «nous avons des responsables importants ou qu'ils l'ont été, de connivence avec la bande de pillards nuisibles pour le pays», il précise que «la faiblesse physique du Président nous a certes fragilisés, mais elle ne doit pas inquiéter outre mesure parce qu'il faut savoir que Bouteflika est un cérébral». Mais quelle est la fonction de ce haut responsable qui énumère ces terribles menaces externes et internes, tout en nous demandant de ne pas nous inquiéter ? Est-ce Saïd Bouteflika, connu pour ne jamais parler en public, sauf dans les cimetières ? Est-ce un conseiller suprême, le général Toufik, le chef de daïra de Bougtob, Rabah Madjer ou la journaliste elle-même ? Dans tous les cas, cette bonne illustration de la cryptocratie au pouvoir qui refuse de se définir tout en nommant l'ennemi, la bande de pillards qu'elle n'identifie pas non plus d'ailleurs, ne nous aide pas beaucoup. Mais c'est ainsi, les officiels, quand ils parlent, ne disent rien, à l'inverse de ceux qui ne donnent pas leur nom mais parlent. Seule exception à cette cryptocratie, le secrétaire général du FLN, nommé non pas par ses militants mais par d'autres cryptocrates qui nient avoir cette prérogative de désigner le patron d'un parti politique. Ould Abbès est le seul qui parle, en son nom. Pour dire n'importe quoi. Ce qui ne nous avance pas non plus.

Chawki Amari
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie