Chroniques Point Zéro
 

Comment créer du rêve avec du souvenir ?

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 01.11.17 | 12h00 Réagissez


Que l’on soit passéiste rigide ou futuriste amnésique, il faut bien avouer que 63 ans après le vrai 1er Novembre, la hache de guerre n’est pas enterrée, simplement posée par terre pour qui veut la reprendre. C’est dans ce cadre que la longue file d’attente des étudiants devant l’IF, ex-CCF, à Alger aura choqué, car ils étaient trop nombreux à la veille d’un 1er novembre, symbolique d’une jeunesse fuyant le pays là où ils auraient dû aller massivement voter FLN ou RND aux élections.

Pour le porte-parole du RND justement, Seddik Chiheb, c’est une volonté délibérée, «une affaire planifiée pour mettre la pression sur le pouvoir et porter atteinte à la crédibilité du gouvernement et la réputation de l’Algérie à la veille du 63e anniversaire du déclenchement de la Guerre de Libération». Sauf que pour le même RND sur sa page officielle Facebook, c’est une autre version. Le RND a félicité l’Algérie qui a «des jeunes qui cherchent la connaissance et les études à l’étranger».

Ce double discours schizophrénique entre théorie du complot et recherche naturelle du savoir, l’un pour la consommation générale, l’autre pour la jeunesse des réseaux sociaux, explique à lui seul ce fonds de commerce qu’est devenue la Guerre de Libération.

Si la France n’a toujours pas elle-même réglé ses comptes et s’entête à parler encore «d’œuvre civilisatrice», là où ce n’était que du pillage, pour le FLN d’aujourd’hui, qui n’a que peu à voir avec le glorieux FLN, il est normal que son patron, ancien moudjahid, héros de la guerre de sécession, de la bataille de Koursk, de la mission Apollo sur la Lune et lui-même ex-étudiant en Allemagne d’où il est revenu avec un diplôme de chirurgien boulanger, traite tous ces étudiants massés devant les portes de l'Institut français d'Alger de harkis.

Il y a trois jours, trois jeunes ont mis fin à leurs jours en s’immolant par le feu. Une femme de 19 ans à Guelma et deux hommes de 20 ans à Tiaret. Ils n’auront pas entendu Ould Abbès et auront raté le 1er novembre 2017.

Chawki Amari
 
loading...
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie