Chroniques Point Zéro
 

Bibiya

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 11.09.17 | 12h00 Réagissez


L'Algérie connaît bien son passé mais connaît- elle son avenir ? Jusqu'à il y a encore peu de temps, oui, et c'était d'ailleurs un futur identique au présent. Mais aujourd'hui, elle ne sait plus, avenir incertain pour la population, patriotique pour le clan présidentiel et dur et austère pour le Premier ministre. Ce n'est pas l'avis de Bibiya, chouafa assermentée. Pour elle, l'avenir n'est qu'un futur comme les autres et pour elle, voilà ce qu'il va se passer: en octobre, les premières décisions entrent en vigueur, après que la Banque centrale a commencé à imprimer les nouveaux billets, plusieurs citoyens commencent à fabriquer eux aussi des billets chez eux, avec des imprimantes. Novembre, alors que l'inflation atteint des taux records, le prix du carburant a doublé et les citoyens ne circulent plus qu'à pied, donnant l'impression au général-major de corps, El Hamel, qu’il s'agit de manifestations et fait tabasser tout le monde. Décembre, il fait froid et le prix du gaz a triplé. Janvier, nous sommes en 2018, l’Algérie ne compte plus que 25 millions d'habitants mais déterminés.

Dépassé, le frère du Président nomme Alcaraz, toujours entraîneur de l'équipe nationale, ministre des Finances, sous les applaudissements d'Ouyahia. Février, les manifestations étant interdites et toute tentative de règlement pacifique de la crise étant considérée comme une atteinte à l'unité nationale, ce qui doit arriver arrive. Emeutes, tout est cassé, les dégâts sont estimés à 10 milliards de dollars, soit en gros ce qui a été créé en imprimant des billets. Avec son bilan négatif, le régime ne peut plus brandir sa seule carte, l’istiqrar, la stabilité, puisque tout est détruit. Il se résigne alors à de vraies réformes et limoge tout le vieux personnel politique, pend quelques corrompus et ouvre le jeu. Des élections présidentielles anticipées sont annoncées pour la rentrée de septembre. Pour Bibiya, le futur c'est du présent. C'est pour cette raison que ce qui se fera demain peut être fait aujourd'hui.
 

Chawki Amari
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Chroniques
Point zéro Repères éco

Vidéo

Débats d'El Watan

Débats d'El Watan
Loading...

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie
 
Loading...