A la une Actualité
 

Immigration irrégulière

Des migrants abandonnés entre l’Algérie et le Maroc

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 19.03.17 | 12h00 Réagissez

Dans un appel de détresse, 34 ressortissants de Guinée, du Cameroun, du Mali, du Sénégal et de Côte d’Ivoire sont tombés dans un guet-apens sur le tracé frontalier entre les deux pays, après leur refoulement d’Oujda (Maroc oriental).

«Nous vivons une situation ubuesque, nous ne pouvons aller ni d’un côté ni de l’autre. Nous sommes coincés, sans eau et sans nourriture», informent-ils, angoissés.

Selon nos informations, corroborées par plusieurs organisations et associations de défense des droits humains, ces migrants subsahariens, appâtés par l’instruction du roi Mohammed VI adressée à son gouvernement en 2012,  décrétant de cesser les refoulements et de régulariser les migrants sans papiers, se sentent floués et piégés.

Ces 34 migrants affirment avoir été arrêtés par la Gendarmerie royale à Oujda, la semaine dernière et fichés. Ils ont été conduits «pour un contrôle d’identité, une prise d’empreinte et faire des photos», selon leurs témoignages, puis transférés dans un camp près de la frontière, dans lequel ils sont restés trois jours avant d’être refoulés vers le no man’s land.
Selon les mêmes témoignages, «les forces de l’ordre marocaines leur ont pris leurs passeports et leurs effets personnels (argent, téléphone…) avant de les refouler vers le no man’s land».

Selon la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH), le Snapap, l’Association marocaine des droits humains (AMDH) et le Groupe antiraciste de défense et d’accompagnement des étrangers et migrants au Maroc (Gadem), «ces arrestations et conduites de force à la frontière ont été accompagnées de violences de la part des forces de l’ordre marocaines.

Des violences commises par les forces de l’ordre algériennes ont également été signalées par les personnes ayant tenté de passer de l’autre côté de la frontière militarisée». Dans un communiqué commun, ces organisations indiquent que «ces arrestations et refoulements interviennent dans un contexte de répression croissante à l’encontre des personnes migrantes dans les régions de Tanger-Tétouan et Nador (Maroc) depuis ces derniers mois», et ce, en contradiction totale avec la politique migratoire «humaniste» promue par les autorités marocaines depuis septembre 2013.

La LADDH, bureau de Tlemcen, interpelle les autorités du pays par ces termes : «Nous sommes interpellés par la communauté des migrants subsahariens à Tlemcen qui demande le respect en tant qu’êtres humains et le respect par les responsables de la wilaya de Tlemcen des conventions internationales que l’Algérie a ratifiées.»Selon les informations recueillies auprès de migrants à Maghnia, un groupe de Subsahariens a réussi à s’introduire sur le territoire national, mais l’on ignore, à l’heure qu’il est, le sort des autres abandonnés sans vivres au niveau du no man’s land entre l’Algérie et le Maroc.

Chahredine Berriah
 
le dessin du jour
LE HIC MAZ

Mes infographies

El Watan Magazine

impact journalism days

 

Indépendance Algérie

 

El Watan Etudiant

Vidéo

Constantine : Hommage à Amira Merabet

Constantine : Hommage à Amira Merabet
Chroniques
Point zéro Repères éco

Suivre El Watan

FacebookFacebook       TwitterTwitter
Télévision
Télérama       Télé Alger TV Algérie